L'ensemble Bassin-Sacrum  

    2 os iliaques

Loading the player...


 un sacrum constitué de 5 vertèbres presque soudées entre elles, 

une articulation pubienne et deux articulations sacro-iliaques.

L’ensemble est très solide mais sujet à des torsions quelquefois lourdes de conséquences. Etant donné que toute la colonne repose sur la base du sacrum, la position longitudinale de l’axe du sacrum par rapport à l’axe de la colonne est d’une importance primordiale.

La médecine officielle considère que l’ensemble sacrum-iliaques est fixe et ne reconnaît pas les mouvements des articulations sacro-iliaques ou pubienne, ce qui l’empèche de comprendre l’origine de pas mal de pathologies dues à la rigidité de l’ensemble ou aux torsions d’un ou des trois éléments. Par exemple : problèmes intestinaux, gynécologiques, accouchements ou grossesses difficiles, douleurs lombaires, sacrées, sciatiques, problèmes dans les jambes, les hanches, les genoux, les pieds, etc…

L’articulation sacro-iliaque est supportée par les deux premières vertèbres du sacrum.

Ces trois articulations sont très peu mobile mais elles permettent néanmoins des mouvements et peuvent subir des déplacements traumatiques.

Un ensemble bassin-sacrum bien mobile permet une démarche souple et déhanchée, élégante. Le même ensemble bloqué donne une démarche avec un bassin fixe, sans déhanchement.

L’orientation du sacrum en flexion ou extension va donner plus ou moins de cambrure à la zone lombaire, j’entends souvent des personnes me dire :  “ je suis trop cambrée ! ”. je ne suis pas de cet avis, une bonne cambrure donne un dos souple, qui amortis bien, si une cambrure est douloureuse, la raison est que l’ensemble bassin-sacrum est tordu et oblige la colonne à compenser par une rotation des lombaires qui ainsi perdent leur souplesse en flexion-extension.

En Ostéodouce le diagnostique de l’ensemble est si facile que je ne m’étalerai pas dessus. Dés que les doigts sont pris ils indiquent tout de suite s’il y a torsion ou pas et avec une précision que n’ont pas les autres méthodes.

Quand à l’harmonisation elle se fait de la même façon que le diagnostique, harmonisation et diagnostique se confondent et sont une seule et même chose.

 

Si je devais faire des statistiques sur les parties du corps que j’ai le plus à travailler, les articulations sacro-iliaques arriveraient loin devant (près de 50% de mon travail). Il est fondamental d’avoir un sacrum équilibré. Tous les livres d’ostéopathie soulignent l’importance du sacrum et du bassin. Pour ma part, je peux parler des troubles que j’ai vu disparaître grâce au déblocage, à la libération et au rééquilibrage de l’ensemble sacrum-bassin. 

Chez les nouveau-nés : diarrhées ou constipation, régurgitation, intolérance du lait maternel ou autre, problèmes de hanches, pleurs continus, agitation. 

Les problèmes de luxation congénitale des hanches peuvent se régler mais cela demande une régularité dans la fréquence des soins et un suivi sur plusieurs années. Par contre il n’y a plus de traces après. Ce genre de problème est dû à une hérédité, donc le schéma héréditaire reste et même si on a l’impression d’avoir bien remis l’ensemble hanche-bassin-sacrum, on s’aperçoit que tout se tord de nouveau peu de temps après. Il faut donc répéter l’opération pour ne pas laisser le schéma s’installer dans le physique.

Chez les adultes un bassin tordu entraîne forcément une fausse jambe courte et quelquefois une scoliose, dans certain cas des problèmes de hanche.

Suivant l’acienneté de la lésion on aura plus ou moins de difficultés à le redresser, les articulations sacro-iliaques sont très larges et très peu mobiles, une torsion à ce niveau va calcifier tout le tour le long des bords côté bassin et côté sacrum et rendra plus difficile le retour à la bonne place. Dans certains cas on devra concentrer toute son attention sur une seule des deux articulations à la fois afin de pouvoir les libérer. Le plus souvent quand on se trouve en face d’un patient qui est tordu latéralement avec des douleurs lombaires ou sciatiques, on a à faire à un problème de sacro-iliaque. 

Plusieurs séances sont quelquefois nécessaires pour bien les libérer.

Il s’entend qu’après avoir libérer des sacro-iliaques il faut vérifier le mouvement du sacrum et bien harmoniser le mouvement sacrum  / bassin  puis celui de L5 / S1.

Pratiquement toutes les hernies discales ont pour origine une base du sacrum qui est inclinée et qui oblige L5 à compenser la verticalité en se tordant, les plateaux vertébraux n’étant plus paralèles, ce que l’on appelle le disque mais qui en fait est une bulle de liquide circonscrite fermement dans une chambre ligamentaire va être chassé d’un côté et provoquer la hernie. Dés que les plateaux seront de nouveau paralèles le disque reprendra sa place.

 

Sacrum :

 

Le sacrum est comme un coin planté entre les deux iliaques ( je dit comme un coin planté, car à la première chute sur les fesses, il s’enfonce et si rien n’est fait, il reste enfoncé et cause toutes sortes de problèmes incompréhensibles pour la médecine officielle). De plus, il ne s’enfoncera jamais droit, mais s’inclinera d’un côté ou de l’autre. Dès lors, la cinquième lombaire va devoir compenser cette inclinaison, et toutes sortes de problèmes vont en découler :

Dès la marche : marche difficile, claudication, pieds mal orientés, problèmes de genou, sciatique, insensibilité d’une partie de la peau des jambes, enfants qui trébuchent facilement. J’ai eu le cas d’un enfant de 4 ans qui marchait sur la pointe des pieds depuis ses premiers pas, une fois le sacrum débloqué il a posé ses pieds normalement. 

Dans un deuxième temps et quelques années plus tard : les hernies discales dues au manque de parallélisme entre L5 et S1, le disque va s’échapper du côté ouvert. 

De l’équilibre du sacrum entre les deux os iliaques va dépendre une grande partie de la santé et du confort de l’être. 

Chez les adultes : lombalgies, sciatiques, maux dans les jambes, dans les fesses, barre douloureuse ou fatigue en bas du dos, hernies discales, scolioses, problèmes entre les omoplates dus à la compensation de courbure, constipation ou diarrhée, douleur d’intestin. 

Pour les femmes, le rééquilibrage du sacrum est particulièrement efficace pour tout ce qui concerne les problèmes génitaux suivants: grossesses extra-utérines, fibromes, dysménorrhées, aménorrhées. Parfois les fibromes disparaissent sous forme d’écoulement sanguin abondant. Pendant la période de la grossesse, les femmes qui connaissent l’Ostéo-douce viennent faire vérifier leur sacrum une ou deux fois pendant pour voir si tout est en ordre et on essaie de se voir une dernière fois le plus tard possible. Je sens le bébé reprendre sa place dès que le sacrum se libère et l’accouchement se déroule avec une facilité déconcertante. J’ai souvent reçu des coups de téléphone après des accouchements pour me dire que cela s’était très bien passé, même si les précédents avaient été difficiles. D’autres femmes viennent me voir parce qu’elles souffrent du dos depuis leur accouchement, qui en général avait été difficile. C’est quelquefois des années plus tard, après avoir consulté beaucoup de thérapeutes mais sans succès. Un problème récurrent dans ce genre de cas, c’est que le sacrum est collé aux iliaques depuis la naissance et la puissance de l’accouchement a décollé l’une des articulations sacro-iliaques. C’est bien, d’une certaine manière, mais cela s’est fait de façon incomplète. Il faut donc terminer le travail, décoller complètement l’articulation puis décoller également l’autre.  Ce n’est pas un travail facile mais on y arrive, la personne se sent nettement mieux après. 

Il y a des cas de stérilité qui peuvent venir d’un sacrum en lésion. Dans ces cas là en général la grossesse survient environ trois mois après la remise en place du sacrum.

La respiration ne peut pas s'effectuer librement et amplement tant que le sacrum n'est pas libre. Il doit pouvoir aller à fond dans sa flexion comme dans son extension et ainsi il permet à la cage thoracique un inspir et un expir plus ample et sans effort.

 

On ne peut pas s’imaginer le nombre de jeux d’enfants qui peuvent traumatiser à vie l’ensemble bassin/sacrum. La luge fait encaisser des secousses très violentes qui remontent souvent jusqu’à la nuque. Les balançoires à bascule qui cognent les fesses à chaque aller-retour. La descente des escaliers sur les fesses. L’une des farces les plus idiotes, est de retirer la chaise à quelqu’un qui est entrain de s’asseoir. Le patin à glace, à roulette, le ski, le surf sur neige occasionnent de mauvaises chutes sur les fesses. Toutes les chutes sur les fesses un peu fortes restent inscrites pour la vie. Il n’est pas rare que je questionne des gens de plus de 50 ans souffrant du dos, au bout d’un moment ils finissent toujours par se rappeler d’une mauvaise chute ou d’un coup aux fesses qui remonte quelquefois à l’enfance.

Si l’on prenait l’habitude de se faire vérifier le sacrum régulièrement cela éviterait bien des complications. Un sacrum tordu peut se corriger facilement dans les deux à trois ans qui suivent un traumatisme, après, les articulations sacro-iliaques commencent à se calcifier et il devient difficile de les avoir.

Le sacrum à un mouvement de bascule d’avant en arrière provoqué par la respiration, à l’inspir il s’aligne dans le prolongement de toute la colonne, à l’expir il accentue la cambrure. S’il est bloqué il ne pourra pas accompagner ces mouvement et va gêner la respiration.

 

 Au niveau du sacrum on va trouver des couches de lésions souvent très nombreuses, il est assez rare d’arriver à le libérer totalement. 

Pour débloquer un sacrum, il faut d’abord débloquer les deux sacro-iliaques, l'articulation pubienne puis le sacrum seul. 

 

Le sacrum est constitué de 5 vertèbres soudées, à la jonction de chaque vertèbre il y a un trou de chaque côté. Ce trou donne le passage à des nerfs sacrés dont le nerf pudendale ou appelé antérieurement le nerf honteux car il commande la sphère génitale et peut être à l’origine de douleurs intolérables.

Ces vertèbres ne sont jamais vraiment soudées, elles sont reliées entre elles par un fin liseré de cartilage qui va permettre des lésions de glissement ou de rotation, ce qui  risque d’occasionner des pincements des nerfs qui passent par les trous. Ces lésions provoquent également des douleurs dans les fesses. On peut détecter ces lésions en appuyant avec un doigt aux différents étages du sacrum, en général l’endroit de la lésion est douloureux à la pression. On travail ces vertèbres exactement comme les autres.

On les libère de la même façon que les autres vertèbres.

On n’oubliera pas de vérifier le coccyx qui peut occasionner des douleurs en s’asseyant.

Le travaille du sacrum provoque facilement des évanouissements, de courte durée, mais quand même impressionnants, il faut que le patient puisse s’allonger rapidement dés qu’il sent que sa tête tourne. Cela ne dure guère plus d’une minute.

 

Les iliaques :

 

Il faut distinguer les lésions du sacrum des lésions du bassin ou des iliaques, très peu de choses changent au niveau de la position des doigts. L’important est de distinguer la lésion que l’on travaille. 

Chaque iliaque se déplace autour d’un axe passant par le pubis et l’articulation sacro-iliaque. 

Le sacrum peut se déplacer autour de plusieurs axes : un axe vertical, un axe qui passe par le pubis et qui traverse le sacrum en son centre ou encore un axe horizontal qui traverse le sacrum de droite à gauche. Le plus souvent, les lésions du sacrum sont une combinaison de déplacements autour d’un ou plusieurs de ces axes.

Une lésion du sacrum peut entraîner un fort déplacement des iliaques mais autour d’un axe qui va de droite à gauche en passant par le pubis. 

Une lésion des iliaques se fait généralement autour d’un axe qui va de l’arrière vers l’avant en passant par l’articulation sacro-iliaque et par le pubis. 

L’harmonisation des iliaques se fera toujours par rapport au sacrum. La manière la plus simple est d’asseoir le patient devant nous, il nous tourne le dos. Cette position est la plus facile pour notre représentation mentale, mais le patient peut très bien s’installer de la façon qu’il préfère en fonction de ses douleurs.

 

 Harmonisation de l'ensemble bassin-sacrum-lombaires-hanches,

 

Plusieurs éléments vont être concernés:

Les deux iliaques

Le sacrum

Les cinq vertèbres sacrées

Le coccyx

L5, L4, L3, L2,.......

Les fémurs

Plusieurs articulations:

Les deux sacro-iliaques,

L'articulation pubienne

S5-coccyx, S4-S5, S3-S4, S2-S3, S1-S2

L5-S1 

éventuellement dans certains cas S1-L6 et L6-L5

L5-L4, L4-L3, L3-L2, ........

Tête des fémurs - iliaque droit et gauche

Recherche de fractures ou fissures au niveau des vertèbres sacrées, (assez fréquent et invisible aux radio ou IRM)

Il n'y a pas d'ordre à respecter tout doit être vérifié et harmonisé si besoin.

Pour commencer et se faire une idée de l'état du bassin-sacrum on va prendre un iliaque dans chaque main pendant que les pouces seront sur le sacrum. Très vite on peut évaluer les torsions éventuelles de l'ensemble.

Ensuite :

Harmoniser les sacro-iliaques l'une après l'autre afin d'avoir plus de force qu'en les prenant les deux à la fois, (les deux pouces sont à l'intérieur de l'os iliaque contre la surface articulaire de la Sacro-Iliaque, SI, les deux autres doigts( pour moi ce sont les majeurs) à l'intérieur de l'os du sacrum contre la surface articulaire de la SI.)

L'articulation pubienne,

Prendre le sacrum entre quatre doigts : les deux angles supérieurs et les deux angles inférieurs. On sera surpris quelques fois par les torsions possibles de cet élément.

On vérifie chaque étage des vertèbres sacrées et coccyx.

On prend la 5ème lombaire et on la laisse s'harmoniser seule puis avec S1

De même avec chaque lombaire qu'on harmonise ensuite avec la sous-jacente.

On prend un fémur dans chaque main et on vérifie que leurs mouvements soient harmonieux et opposés symétriquement.

Ceci permet de ré-aligner les jambes si elles ont tendance à ne pas être bien droites.

Pour finir on prend comme au début un iliaque dans chaque main et on pose les pouces sur sur le sacrum, on va attendre avec une infinie légèreté et patience que le tout s'harmonise et offre un beau mouvement de rotation interne et externe bien ample et impossible à arrêter.

Ceci contribue à libérer l'amplitude respiratoire et à redresser le haut du dos s'il est vouté.

 

La 5ème lombaire : 

 

On ne peut pas s’occuper de l’ensemble bassin/sacrum sans passer ensuite par L5/S1. Vérifier que la vertèbre soit bien dans l’axe et l’écartement bon, que le disque ait bien repris sa place et son espace, car souvent il a été écrasé et on attendra de sentir qu’il se recrée un espace entre les deux faces articulaires. 

Cette vertèbre est reliée aux iliaques par des ligaments qu’il sera bien d’harmoniser en dernier.

Il arrive qu’après avoir bien harmonisé l’ensemble bassin-sacrum puis la 5ème lombaire, une douleur persiste en ceinture ou au niveau de la charnière L5-S1, alors on va harmoniser S1-S2 et éventuellement S2-S3, S3-S4 ou S4-S5 aussi mais c’est plus rare, généralement les deux premières suffisent

 

Le pubis : 

La symphyse pubienne peut être en lésion et entraîner des troubles de vessie de prostate, elle peut perturber le muscle périnée. Les branche pubiennes peuvent glisser l’une contre l’autre verticalement ou d’avant en arrière. Si on détecte une lésion il sera bien de vérifier ensuite les mouvements relatifs entre les branches ischiatiques. Il va de soit qu’on ne peut pas travailler une symphyse pubienne sans voir le bassin dans son ensemble.

 

Les sacralisations et les lombalisations :

Elles sont unilatérales ou bilatérales.

La lombalisation, c’est une ou les deux parties latérales du sacrum qui rejoignent les apophyses transverses de L5 et forment une articulation avec ces dernières.

La sacralisation, c’est une ou les deux apophyses transverses de L5 qui rejoignent les parties latérales du sacrum et forment une articulation là où elles se rejoignent.

Ceci réduit fortement la mobilité du sacrum et de la lombaire, et c’est en général lié à une torsion de ces deux éléments. 

Chez les enfants on arrive à redonner une bonne mobilité et à ramener le sacrum et la lombaire en position correcte.

Chez les adultes, ce sera toujours une source d’instabilité au niveau de la charnière lombo-sacrée et des sacro-iliaques. La seule chose à faire est de maintenir la mobilité des éléments L5 / sacrum / bassin. Tant qu’ils resteront mobiles il n’y aura pas de douleurs.

 

Le coccyx :

 

Pour les ostéopathes classiques le seul moyen pour remettre un coccyx en place est de passer par l’anus, ce qui est souvent douloureux et très déplaisant.

L’Ostéodouce permet de remettre un coccyx sans toucher le patient et avec une efficacité accrue.

Les névralgies du nerf honteux ou pudendal qui sont terriblement douloureuses proviennent la plupart du temps du coccyx déplacé, il va tirer sur le muscle périné et peut provoquer bien des problèmes.

On le réharmonise de la même façon qu’une autre vertèbre par rapport à la 5ème vertèbre sacrée.

 

6ème lombaire :

 

Il n'est pas rare de trouver une sixième lombaire. Quand elle est bien constituée, elle se remet comme une cinquième.

Malheureusement dans bien des cas c'est une vertèbre incomplète et il sera difficile de l'harmoniser.

Comment faire quand on ne sait pas et pour ne pas passer à côté : si on harmonise sacrum et la vertèbre sus-jacente puis L5 et la vertèbre sous-jacente, on voit tout de suite s'il y a une 5eme lombaire, si la 5eme est tout de suite bien c'est qu'il n'y a rien entre elle et le sacrum, sinon il y a L6. 

Je suis surpris par le nombre de L6 que je rencontre, bien souvent confirmées par radio et la plupart du temps personne ne s'en est aperçu, ni le radiologue, ni le médecin ou c'est rare.

 

 

 ***************************************

 

 

 

Les énergies en ostéophatie